«Sauvé de la nuit, de la neige et du froid»

José Louis Botti, étudiant en anthropologie de Buenos Aires, en Argentine, dépeint dans sa lettre du 11 septembre 1975 comment il a survécu à une situation leine de dangers. A cette occasion, le couteau suisse de l'entreprise Victorinox lui a rendu de fiers services, peut-être même sauvé la vie. Cet exemple démontre également combien le possesseur d'un couteau de poche Victorinox tient à cet outil utile et pratique et désire à tout prix pouvoir le faire réparer.

«Je suis étudiant en anthropologie et spécialisé en archéologie. J'avais encore deux projets en route avant de terminer mes études. A ce moment-là, j'avais la charge d'un projet en qualité d'assistant et je travaillais conjointement pour une compagnie pétrolière.»

Comme vous pouvez bien le penser, ma vie se déroule souvent dans des régions à peine mises en valeur et même pas développées du tout. La plupart du temps, je me trouve seul dans la nature. Souvent, des problèmes interviennent auxquels il serait facile de trouver- des solutions pour peu que l'on ait le bon outil à portée de main, mais cela n'arrive malheureusement jamais.
Sur une route isolée

De toute façon, ce n'est plus mon problème depuis quelques années car j'ai un couteau de poche Victorinox comme compagnon de tous les jours. Je l'ai constamment à portée de main, chaque fois que j'en ai besoin et cela arrive souvent: il entre en action là où d'autres couteaux de poche auraient échoué depuis longtemps. Inutile de dire qu'il a toujours accompli son service de manière exemplaire.

Mais tout a des limites. Je me trouvais une fois sur une route déserte, sans nourriture et la nuit tombait. Ma voiture était restée bloquée dans la neige et je courais le risque de geler à cause des basses températures. A l'aide de mon couteau de poche, je fus en mesure de scier une branche d'environ 15 cm de diamètre pour l'utiliser comme levier. Alors que j'avais presque scié l'épaisse branche, la lame se brisa malheureusement du fait de la forte contrainte. Grâce à l'entaille déjà profonde dans le bois, je suis parvenu malgré tout à la détacher et, en faisant usage de la loi physique sur les leviers, à dégager le véhicule des congères et à poursuivre ma route.
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette