«Même dans la valise diplomatique»

La «petite merveille rouge» de Suisse ne fait pas seulement partie de l'équipement standard des astronautes, des adeptes de l'aventure et des bricoleurs, mais elle a également obtenu le statut diplomatique. Demandez à B.C. Hill, Consul d'Australie à Dublin. Il remercia l'entreprise Victorinox pour une livraison de couteaux de poche dont il avait manifestement fait cadeau avec succès à sa parenté. Hill a écrit à Ibach: "Vous trouverez en annexe une autre commande de onze couteaux. J'espère que vous n'allez pas penser que je suis un collectionneur cupide ou fanatique, mais je vous garantis que ces couteaux sont destinés à mon propre usage ainsi qu'à ma proche parenté - j'ose ajouter que j'ai une grande famille. Je joins le chèque à la présente. Je vous serais reconnaissant de me faire parvenir les couteaux aussi rapidement que possible.

Irremplaçable en voyage

Cela vous intéressera peut-être de savoir pour quelle raison je suis si intéressé par vos couteaux. J'ai appris à connaître les couteaux Victorinox en Suisse lorsque j'étais Consul général et, de 1964 à 1969, représentant permanent auprès de la Division européenne de l'ONU à Genève. Depuis cette époque, mon couteau personnel (que je remplace maintenant), un "Traveller", est un compagnon permanent.
Je trouve ce couteau de poche extrêmement pratique, vu que pour des raisons professionnelles je vole souvent d'un bout du monde à l'autre. A mon arrivée dans un quelconque endroit, je dois souvent changer les prises de mes appareils électriques personnels, installer des porte-cravates, etc. Mon couteau de poche me rend toujours les meilleurs services.

Il a fait ses preuves au Vietnam Lors de mes voyages, mon couteau s'est révélé irremplaçable. On ne peut en effet traîner en permanence une caisse à outils avec soi lorsqu'on se déplace en avion. Vos couteaux se sont révélés être les meilleurs articles de remplacement. Vos couteaux ont rendu d'autres services utiles à mon beau-fils. Jusque tout récemment, il servait en qualité d'officier de carrière dans l'armée australienne; dans cette fonction, il a effectué un service d'une année au Vietnam, de 1965 à 1966. Avant d'être appelé sous les drapeaux en Extrême-Orient, je lui ai envoyé un de vos couteaux, un "Champion". Mon beau-fils m'a déclaré plus tard que ce couteau lui était devenu irremplaçable au cours de ses douze mois de service actif, avant tout lors des patrouilles dans la jungle. Ce couteau était également tellement apprécié par ses camarades qu'il devait faire très attention à ce que ses frères d'armes australiens et américains n'empruntent son couteau plus longtemps que nécessaire.»
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette