«Il a sauvé la vie d'un amiral américain» 1/2

Le couteau Victorinox a encore et toujours des accointances avec les avions. Dans un cas, après une chute tragique, il aide un passager survivant à se libérer à temps de la machine en flammes. Une autre fois, c'est le sauveteur rouge grâce auquel un masque à oxygène peut être réparé. Sans cette aide, un amiral américain se serait englouti dans l'Atlantique. Des rapports relatant ces événements sont arrivés à Ibach.

Ceintures coupées
Helmut Knosp de Fribourg en Brisgau/Allemagne a vécu ce qui suit, ainsi qu'il le relate personnellement: «Le 31 mars, lors d'un vol de Reims/France en direction de Fribourg avec un avion de sport à quatre places, je me suis écrasé dans les Vosges françaises, mes trois camarades de vol sont morts sur le coup. Je m'en suis tiré avec quelques fractures aux bras et aux jambes et autres contusions et blessures. Je dois la vie à un couteau de poche "Officier suisse" provenant de votre maison. J'ai pu, à l'aide de ce couteau, me dégager de la machine démolie et en flammes en coupant les ceintures de sécurité coincées et en me frayant un passage à travers des garnitures en plastique et une fenêtre. Ce couteau de poche que j'ai toujours avec moi depuis des années, je ne l'appelle plus que mon sauveur depuis ce moment-là, car sans son secours je ne serais plus en vie.»
Il a réparé un masque respiratoire
Le couteau d'officier de la maison Victorinox a également sauvé la vie d'un amiral américain, cela au-dessus de l'Atlantique. L'officier supérieur a écrit à Ibach: «J'ai mon compagnon Victorinox avec moi depuis que j'ai commencé à voler, il y a 23 ans. Par une sombre nuit, en 1988, à mi-chemin au-dessus de l'Atlantique, j'en ai eu besoin pour réparer un masque à oxygène défectueux. Si je n'avais pas eu ce couteau avec moi, il ne me serait rien resté d'autre à faire que de voler beaucoup plus bas pour pouvoir encore respirer. Ceci aurait eu pour conséquence que le carburant prévu pour le vol n'aurait plus suffi (à cause de la résistance de l'air plus élevée) pour me permettre d'atteindre l'aéroport des Açores. Ou alors, j'aurais dû rester à une altitude supérieure, ce qui aurait été très dangereux pour moi à cause du risque d'évanouissement par suite de manque d'oxygène. Aucune des deux possibilités à choix n'était envisageable. Grâce à votre super couteau, j'ai pu terminer mon vol en toute sécurité comme il avait été planifié.»
Une cliente américaine avait envoyé en 1966 un couteau Victorinox pour réparation à Ibach et écrivait ce qui suit: «Notre fils a acheté ce couteau en Suisse il y a huit ans. Il avait 10 ans et c'était son premier voyage en Europe.

...La suite page suivante...
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette