«En kayak au cap Horn»

Les outils et les appareils qui sont emportés lors d'expéditions aventureuses et souvent risquées doivent faire leurs preuves dans n'importe quelle situation. Tout dépend d'eux souvent. Au nombre de ces entreprises, on ne compte pas seulement les expéditions à grandes altitudes, dans les profondeurs de la forêt vierge, dans les espaces interstellaires lointains ou dans les déserts arides, mais également celles qui se déroulent dans l'immensité et l'implacabilité des océans. C'est justement là où l'eau salée attaque rapidement l'acier et le corrode que les outils doivent faire leurs preuves. Un groupe britannique qui a franchi le cap Horn en kayak en a donné la preuve. Dans une lettre du 22 janvier 1978, Barry J.N. Smith, un britannique passionné d'aventures, fit part à Victorinox AG de sa satisfaction et de sa joie: Son expédition en kayaks autour du cap Horn s'est révélée un plein succès grâce aussi aux couteaux de poche emportés. Smith écrivit textuellement:
«Nous avons quitté Puerto Williams le 11 décembre 1977 et avons franchi le cap Horn onze jours plus tard. Comme vous pouvez vous l'imaginer, nous nous sommes trouvés dans de nombreuses situations aventureuses en pagayant à travers le groupe des Wollaston. Nous avons identifié de la faune et de la flore en quantité et notre équipe, de même que notre équipement, a subi le test d'un environnement unique. Je suis heureux de vous faire parvenir un rapport d'expédition et des diapositives qui mettent en évidence votre couteau en pleine action.»
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette
  • vignette